Un bon référencement naturel demande du temps et des efforts. Mais ce travail est essentiel : un bon référencement vous garantit une visibilité importante sur Google … Voici la checklist indispensable des bonnes pratiques à adopter pour améliorer votre référencement naturel.

#1 Proposer un contenu mis à jour régulièrement (fraicheur et régularité)

Il n’y a pas de recette magique pour apparaître en 1ere position de Google. La seule chose qui soit certaine, c’est que les robots de Google parcourent le web de page en page à la recherche de lignes de texte. Plus simplement, c’est le contenu qui prime pour votre SEO « on-site ». Sans contenu, pas d’indexation et donc pas de classement ! Mais Google donne surtout la priorité aux sites qui ajoutent régulièrement du nouveau contenu : il vaut mieux être régulier en publiant 1 article par jour, plutôt que d’en poster 5 en début de semaine pour ne plus rien publier par la suite. Vous devez également être très vigilant sur les questions de plagiat : Google pénalise les sites qui copient-collent le contenu d’autres sites. Cela pourrait donc altérer la qualité de votre site.

 

#2 Sélectionner les bons mots clés 

En matière de référencement, un mot-clé est un mot ou une suite de mots tapés par un internaute pour effectuer une recherche sur Google*. Votre objectif ? Être visible dans les résultats de Google pour capter les internautes qui recherchent des éléments liés à votre activité. Et pour cela, vous devez déterminer pour chacune de vos pages web, le mot-clé sur lequel vous souhaitez positionner cette page. Le choix du bon mot clé est donc déterminant.

C’est en effet à partir de ce mot-clé ou expression-clé que sera rédigé le contenu de chacune de vos pages web. Vous devez absolument choisir les bons termes avec minutie. Pour y parvenir, vous devez connaître vos cibles et identifier leurs habitudes de recherche. Vous pouvez également identifier les mots-clés utilisés par vos concurrents afin de vous différencier et de mieux vous placer. La bonne nouvelle est qu’il existe des outils pour vous aider à réaliser cette tâche de manière plus productive : Google Keyword PlannerSemRushMajestic  

 La suite ?

Une fois que vous avez établi vos mots-clés, vous devrez les insérer judicieusement dans votre article notamment dans le titre, le chapeau et les sous-titres. Mettre en gras certains paragraphes importants est également utile.

Attention : utilisez vos mots-clés avec parcimonie et éviter le bourrage de mots-clés (aussi appelés « keyword stuffing » lien vers une définition). Vos mots-clés doivent représenter entre 3 et 5% de votre article. Par exemple, on l’utilise 10 fois max sur un article de 300 mots (titres inclus). Pour éviter ce piège, nous vous conseillons de lire votre texte à voix haute. Vérifiez que l’utilisation d’une expression clé n’est pas trop redondante et ennuyeuse pour votre audience. C’est ainsi la garantie de ne pas paraître trop « faux » et sur-optimisé aux yeux des humains, mais aussi des crawlers des différents moteurs de recherches. (Qu’est-ce qu’un crawler ?)

 

* En moyenne, les internautes utilisent 3,5 mots lors d’une recherche sur Google. Il faudra donc surtout considérer les expressions clés composées de plusieurs mots.

 

#3 Enrichir ses textes avec des variations sémantiques

Pour avoir des contenus « SEO friendly », il ne faut pas répéter inlassablement les mots-clés ciblés.  Vous devez utiliser un champ sémantique riche et soutenu (synonymes et termes associés).

Pourquoi ? La première raison : votre article doit être agréable à lire. La deuxième raison : l’utilisation d’un vocabulaire riche, qui couvre vraiment tout le champ lexical autour d’un sujet, vous donnera une meilleure probabilité de vous positionner en tête de Google. Car le moteur de recherche déclasse les contenus rébarbatifs, qui répètent sans cesse le même mot clé de manière forcée et privilégie les contenus riches et ciblés. 

Autrement dit :

Pour être bien référencé, il ne faut pas répéter indéfiniment votre mot clé : utiliser la sémantique est indispensable pour enrichir votre contenu et séduire les moteurs de recherche. 

L’outil 1.fr vous permet d’analyser votre article et vous fait des propositions de champs lexicaux à intégrer. Pour cela, il vous suffit de renseigner l’URL de votre texte et l’expression clé sur laquelle vous souhaitez vous positionner. L’outil vous proposera alors de nombreux thèmes à aborder afin d’enrichir votre texte !

 

#4 Écrire au moins 500 mots par page (densité du contenu)

Cela est valable tant pour votre page principale que n’importe quelle autre page de votre site web. Toute page web se doit d’atteindre un minimum d’environ 300 mots (idéalement 500 mots). En dessous de ces seuils, les moteurs de recherche auront tendance à ne pas considérer votre contenu comme crédible.

 

#5 Structurer votre contenu

Vos articles doivent être rapides et faciles à lire. Vous devrez prévoir :

  • Un titre court (entre 4 et 10 mots), unique et accrocheur pour chaque page
  • Un chapeau accrocheur d’une 50n de mots qui délivre l’essentiel (synthétique mais explicite)
  • Une structure des informations en pyramide inversée (informations les plus importantes en 1er)
  • Une organisation en niveaux de lecture : paragraphes concis d’une 100n de mots, introduits par des titres et intertitres
  • Des phrases courtes (moins de 20 mots si possible) sans faute d’orthographe
  • Les phrases qui dépassent les 20 mots ne doivent pas constituer plus de 25% du texte total
  • Une seule idée par phrase
  • Un texte simplifié et adapté à la cible : utiliser un vocabulaire simple, accessible à tous
  • Des visuels informatifs pour illustrer vos propos

 

#6 Optimiser vos balises principales (Title, description, URL, images…)

Les balises vous permettent de structurer les éléments essentiels de votre page web. C’est grâce à ces balises que les moteurs de recherches sauront quels sont les éléments importants de votre page ! Les 3 principales balises à optimiser sont :

  • Les Balises métas <Title> : elles doivent être présentes sur toutes vos pages et ne doivent pas dépasser 65 caractères idéalement
  • Les Balises métas <Description> : elles doivent contenir entre 70 et 320 caractères et doivent donner envie aux internautes de cliquer sur votre lien
  • Les <URL> : elles doivent être compréhensiblespar un humain, et idéalement ne doivent pas dépasser 115 caractères

Ces balises sont visibles dans les résultats Google et peuvent influencer les clics des internautes vers votre site.

sitemap diantre

#7 Optimiser le référencement des images (et des vidéos)

Vous devez également profiter du potentiel trafic généré par la recherche via Google image. Il est important de ressortir en bonne position dans les résultats avec une image vendeuse et liée à votre activité. Cela vous renforce votre visibilité dans Google et vous assure un trafic qualifié et potentiellement important. Un bon positionnement de vos images est donc également indispensable notamment pour certaines activités (e-commerce, photographes, agences de voyages…). Le b.a.-ba du référencement d’image consiste à bien nommer le fichier en question (Balise <ALT>). Il existe 3 formats d’image à privilégier sur le web : PNG, JPEG et GIF. Vous ne pouvez pas mettre en ligne une photographie très lourde, cela qui risquerait de ralentir inutilement le temps de chargement de votre site. Prenez soins de redimensionner vos images en amont (sans perte de qualité visible). Il ne faudra pas oublier la légende de vos images, ainsi que le titre.

 

#8 Soigner la structuration de vos balises de titres HTML

Outre les principales balises (Description, Title, URL), vous devez également apporter une attention particulière à vos balises de titres qui vous permettent de structure le contenu de votre page web. Il y a un ordre à respecter. Les Balises de Titres sont représentées par la balise « H » et sont suivies d’un chiffre en fonction de leur importance. En d’autres termes, une balise H1 ne doit donc par se trouver après une balise H6.

Si vous avez un contenu qui se lit sur plusieurs pages, utilisez les balises de pagination rel= »next » et rel= »prev ».

Si cela est en accord avec votre contenu, ajoutez toutes les micro-données possibles (voir https://schema.org/).

Attention tout de même, dans l’idéal, votre texte doit représenter plus de 10% du code HTML de la page.

 

#9 Soigner (vraiment) votre maillage interne

Le maillage interne d’un site est son arborescence. Il permet de voyager facilement d’une page à l’autre et de trouver sans difficulté l’information recherchée. Grâce à lui, vous réduisez le taux de rebond* et vous boosterez votre taux de conversion. Construire l’arborescence d’un site peut-être une tâche difficile si vous vous y prenez tard. Il faut y penser dès la construction du site ! Toutes vos pages doivent être liées les unes aux autres, afin que vos internautes ne se retrouvent pas dans une impasse.

Bon à savoir : à partir de chaque page, l’internaute doit avoir accès à vos coordonnées et aux pages qui lui permettront d’acheter vos produits et/ou services.

Vous recherchez l’arborescence parfaite ? Inspirez-vous de vos concurrents les mieux référencés !

Pour avoir l’assurance que toutes vos pages soient indexées dans Google, vous devez obligatoirement créer un sitemap. C’est un fichier qui répertorie toutes les URLs internes de votre site.

Et pour vérifier rapidement si votre sitemap ne comporte pas d’erreur qui pourrait vous couter en référencement, vous pouvez lire notre article 😉

*Taux de rebond : taux de visiteurs qui quittent votre site sans avoir parcouru d’autres pages.

 

10 / Proposer une expérience utilisateur optimisée

Assurez-vous que votre site soit compatible avec les appareils mobiles et évitez les erreurs UX basiques d’un site mobile. Pensez à réduire le poids de votre page, en évitant des images de très grosse résolution par exemple, afin réduire les temps de chargement. Vérifiez si vos liens sont toujours d’actualité et fonctionnels, évitez les erreurs 404 ! Ajoutez une Favicon à votre site, afin que votre logo apparaisse sur tous les navigateurs.

Erreur 404 : message qui apparait votre page web est introuvable dans la navigation Internet

 

Et aussi, ne négligez pas les questions de sécurité

Passez au HTTPS si ce n’est déjà fait. La sécurité sur internet est un sujet très important et il peut impacter favorablement votre référencement. Le protocole SSL permet de sécuriser la communication votre navigateur internet et votre serveur. Un fois ce certificat est installé, l’adresse URL de votre site passe de HTTP à HTTPS. C’est la norme sur internet, et aussi pour Google. Car oui, le protocole SSL est très bien perçu par l’algorithme de nombreux moteurs de recherche.  

Attention : ne pensez pas qu’aux moteurs de recherche. Cherchez à développer une vraie marque sur la toile pour gagner la bataille du « référencement » ! Votre priorité : les utilisateurs de votre site 😉